Il était une fois Alger

Savez-vous que Bologhine Ibn Ziri est le PERE D'EL DJAZAIR.

Avant de succomber, emporté par la peste en 1818, Ali Khodja désigne à sa succession son “Khoojat El Kheil” HUSSEIN PACHA, qui sera connu sous le nom d’HUSSEIN DEY.
L’histoire retient du dernier monarque de la Régence d’Alger, le souvenir de celui qui aura surtout fourni le prétexte à la colonisation par son fameux “coup d’éventail” et qui a eu, ensuite, le tort de se faire battre par l’armée française.

Pendant les douze ans de son régne, Hussein Dey, qui a édifié un certain nombre de mosquées, dut faire face à de nombreux problèmes internes, notamment avec les populations du M’Zab, des Khouans de Tidjani, celles de Mascara, emmenées par le Cheikh Mahieddine, le père de Abdelkader et les Kabyles de la Soummam. Hussein Dey fut exilé à sa demande, à Naples. Il mourrut à Alexandrie en 1838.

le 11 juillet 1830, Hussein Dey fut embarqué avec 110 personnes de sa famille et sa suite sur la frégâte “La Jeanne d’Arc”, à destination de Naples où il avait exprimé le désir de se retirer. Le lendemain, 2500 janissaires sur les 5902 que comptait la place d’Alger, furent embarqués pour Smyme; le reste, pour la plupart mariés, demandèrent à partir pour Constantine, Béjaïa et Tunis.

Recherche
Quelques idées




Navigation
Archives