Il était une fois Alger

Savez-vous que Bologhine Ibn Ziri est le PERE D'EL DJAZAIR.

Oeuvre de Samson – grand peintre contemporain.


Le Musée National des Beaux Arts, la villa Abdelatif, la forêt des Arcades, la grotte Cervantès où dans sa fuite, le génial écrivaint espagnol, alors captif des corsaires barbaresques, se réfugiait et enfin les fantastiques vues aériennes sur la ville et la baie d’Alger, constituent un ensemble naturel et culturel, réputé unique dans son genre en Algérie et dans le monde. Classé depuis le début du siècle, ce site subit paradoxalement les injures du temps et de l’homme. Histoire intime de nous-mêmes, chaque fois qu’on y touche, on a l’impression qu’on tue un peu de notre humanité et réunit ce que le talent, le génie humain, son imagination et son goût ont créé de meilleur.

Foyer d’art, de connaissance et de recherche, non seulement pourt l’Algérie mais pour l’Afrique, le monde arabe, l’Europe, il est également un chaînon important dans le réseau mondial des musées, et depuis maintenant 25 ans, c’est la collection, de peinture algérienne contemporaine qui se développe et devient de plus en plus importante. Les Oeuvres d’artistes de toutes les générations illustrent son évolution générale ainsi que ses meilleures périodes. La superbe collection de miniatures dont les premiers maîtres restent inégalés, rayonne avec les noms de Mohamed Racim, Mohamed Temmam, Mahieddine Boutaleb, Mohamed Hamimoumna, Mohamed Ranem, Tahar Mokdani …

Parmi les pièces maitresses véritables documents iconographiques et artistiques de l’histoire de l’Algérie, de ses moeurs, nous pouvons admirer le portrait en pied de “Kheireddine Barberousse”, “la bataille navale” qui évoque les guerres dans le bassin méditerranéen pour le trafic commercial maritime, les “nuits de Ramandhan”, nuits d’antan, d’ambiance de fête populaire quotidienne, où la rue se métamorphose en véritable scène de la vie, du bien être et de la fraternité.

La collection d’art occidental renferme les joyaux de l’histoire de l’art du XIVe au XXe siècle.
– Barnaba de Modena : “Le baptême du Crist “Prévitali : “Le Gondottiere”, Girolamo Romanimo, “Sainte Hélène découvrant la vraie croix”, l’Ecole de François Giouet, de Corneille de Lyon, de Caravage.
– Les sculptures polychromes du 15e siècle. Les peintres de la cour du Roix Louis XV, créateurs de la première Académie des Beaux-Arts français et ceux qu’on appelle les primitifs flamands et Grimmer… à suivre
source : Mme M.Benabdallah

Recherche
Quelques idées




Navigation
Archives